Et si baisser ses charges de copropriétés tout en optimisant les performances énergétiques de son immeuble devenait facile et à moindre coût ? Pour permettre la création de surfaces habitables nouvelles dans les villes où les terrains sont rares, la Loi Alur autorise désormais la surélévation d’immeuble.

 

En quoi ça consiste ?

Le principe est simple, on crée de nouvelles constructions en dur dans le prolongement de la surface de l’immeuble.  La surélévation est soit en bois soit en métal.
 

Quels avantages pour les copropriétaires ?

  • Améliorer l’esthétique de l’immeuble et lui donner un coup de jeune
  • Remise à neuf de certaines parties communes
  • Améliorer les performances énergétiques de l’immeuble grâce à l’isolation des planchers hauts et l’utilisation d’énergies renouvelables.
  • Cela induit une baisse des charges de copropriété de part un immeuble plus économe et par une division des charges de copropriétés par un nombre plus élevé de copropriétaires.

 

Comment monter une opération de surélévation ?

Deux options offertes par le promoteur : soit le promoteur conseille le syndicat des copropriétaires soit il porte l’opération en s’associant avec le syndicat.

Le plus souvent, le promoteur achète le vide au-dessus du bâtiment à la copropriété et monte l’opération sans représenter ni coût ni risques pour les copropriétaires.

 

Quant au financement ?

Généralement, les copropriétés sont souvent face à des travaux important pour lesquels les dépenses sont onéreuses et ils ne peuvent les financer. C’est pourquoi la surélévation est un bon moyen : elle finance les travaux de mise aux normes et améliore les performances énergétiques de l’immeuble.